dimanche 22 mai 2016

Primeurs 2015 à Reignac (et autres bouteilles)




La veille il y avait eu une soirée picole primeurs à Mangot.
Le lendemain, les Gamma GT au taquet, on remettait çà au Château de Reignac.
Les primeurs 2015 de Reignac, puis un repas et quelques quilles, le tout avec certains des participants de la veille auxquels se sont ajoutées quelques nouvelles têtes.
Marrant de mettre des personnes sur des photos et des profils Facebook !


D'abord Reignac 2015 :





Balthus (2015)
Bien sûr il y a les fruits noirs mûrs et les épices douces au nez, au delà cacao et réglisse, car le bois est déjà présent mais reste au second plan.
La bouche est ample, profonde, avec de la chair. Beaux tanins, de la profondeur, là aussi du fruit mûr. Vin équilibré et très long qui s'annonce superbe.


Grand vin de Reignac (2015)
Visiblement y en a qui aiment. Et ils ont raison : fruits mûrs (griotte) mais aussi notes de petits fruits, là aussi l'élevage commence à se faire sentir mais sans excès (épices, cacao).
Belle matière aux tanins présents mais sans dureté, avec la fraîcheur qui allège et prolonge la bouche. Jolie et longue finale.

Il y avait aussi une sorte de match avec une belle série de vins de la Casa Lapostolle / Clos Atalpa.
Les vins de la Casa Lapostolle je les avais découverts en 2009 / 2010.
Alors peut-être en reparlerai je plus tard ?

Au delà de cette dégustation il y eut le repas (arrosé) pris en commun, donc avec les Nicolas. Entre autres convives.






Nous avons bu dégusté et mangé.
Bien, forcément.
Diversifié également.
Bien sur il y a eu un point d'orgue. Il y a toujours un point d'orgue.


Trois vins à l'aveugle et une question simple d'Yves Vatelot : "lequel préférez vous ?"



Nous sommes une douzaine à table, et tous d'accord pour préférer le second. Pour le reste il y a quelques divergences.

Pour ma part j'aime beaucoup le premier qui me semble en avoir encore pas mal sous la pédale et est, sans doute, un poil trop jeune encore. Puissant mais suave à la fois, avec une belle aromatique. Ce jour là sur cette bouteille là, je le mets volontiers en seconde position, même si mes petits camarades ont plutôt tendance à le mettre en 3.

Le second est top : prêt à boire, charmeur, plein et complet. Le joli (très joli) vin du moment. A son apogée, j'imagine ? Même s'il peut encore attendre.

Le troisième et dernier est celui qui me semble le moins convaincant, malgré sa belle aromatique pour un vin fin, équilibré, plutôt charmeur mais qui me laisse malgré tout sur ma faim. Mais le reste de la table le met visiblement en 2 : mon côté médocain sans doute ?



Ouais, fallait quand même oser retenter le coup du GJE et  sortir en simultané les 3 quilles suivantes (et dans l'ordre d'apparition à l'écran) : Latour, Reignac et Cheval Blanc, en 2001.
Rien que çà !
Nota qui va sans dire mais qui va vachement mieux en le disant : au delà du fait de ne pas se dégonfler en tentant la chose, c'est surtout extrêmement sympa (le mot est très faible) de nous offrir la possibilité de goûter ces 3 beaux vins (et tous ceux qui ont précédé et suivi).





C'était un beau moment ... après lequel j'espère que Marion à pensé à récupérer ses lunettes !?







PS : si vous passez à Reignac (et les vins en valent la peine), pensez aussi à passer un moment au jardin des saveurs.
Et pas seulement parce qu'il vous sera d'une aide précieuse lorsqu'il s'agira de mettre un nom sur les saveurs et odeurs que vous croiserez dans les vins.






 Au delà des commentaires qui figurent ci dessous il y a une suite relativement tardive (le 29/05/2016) à ce billet, de façon à préciser certaines choses qui méritent visiblement de l'être.
Merci donc de consulter ce billet : à propos de ma visite à Reignac pour les primeurs 2015.



PPS : même (surtout !) quand c'est bon, c'est

à boire avec modération, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé.











5 commentaires:

  1. "et dans l'ordre d'apparition à l'écran) : Latour, Reignac et Cheval Blanc, en 2001."
    Petit doute à lever avec les chiffres qu'on voit sur la photo qui laissent penser : 2 Latour, 3 Reignac et par élimination 1 Cheval blanc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les numéros visibles peuvent paraitre contradictoires.
      Quoiqu'il en soit les carafes correspondaient aux numéros indiqués et j'ai bien goûté les vins dans l'ordre que j'indique sur mon billet. C'est pour cela que j'indique "dans l'ordre d'apparition à l'écran".

      Si l'un ou l'autre des autres dégustateurs passe par là et veut - ou pas - confirmer ...

      Supprimer
    2. Bonjour, les numéros qui étaient inscrits sur les bouteilles correspondaient à l'ordre de distribution des vins sur la table. Le verre numéro 1 n'avait rien à voir avec cette verticale, le 2 était le Latour, le 3 le Reignac et le quatre le Cheval blanc. Ces numéros étaient destinés au serveur pour ne pas se tromper lors de la distribution au cours du repas. Les trois vins ont bien été dégustés dans cet ordre avec le Grand vin de Reignac en deuxième position de ce trio.

      Supprimer
  2. Merci pour le lever de doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'abord j'avais lu "lever de coude"
      Mais c'est pas incompatible

      Pour en reste : vu commentaires sur LPV (merci Google analitics) d'où vous venez peut être. Y répondrai dès que je serai redescendu des jolis vins du Domaine d'Orfeuilles (ouais je bois de la BioD)

      La, juste dire que le but était de prendre du plaisir ce jour là à ce moment là.
      Et que, ce jour là à ce moment là, abstraction faite de l'étiquette, le Reignac était celui qui m'en avait donné le plus, du plaisir.
      Le reste on s'en cogne.

      Supprimer